Numérique-écologie

Ah le numérique… Longtemps, on vous encouragé à utiliser le web et les outils numériques, non seulement pour leur rapidité, mais aussi sous prétexte d’écologie : adieu l’utilisation de papier à outrance. Alors vous avez agis, à votre échelle, pour le bien de notre planète, en vous mettant au numérique !


Eh bien tout ça, c’est fini. Il fallait bien que quelqu’un vous l’annonce : le numérique, ce n’est pas écologique du tout. Et l’utilisation que vous en faites a un impact sur notre planète.

 

Le numérique en quelques chiffres :

  • Le numérique représente 13,5% de la consommation d’électricité en France (chiffre de l’Agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie).
  • Le numérique est responsable de 4% des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES).
  • Internet est le 3e consommateur mondial d’énergie, après la Chine et les États-Unis.

Avec un tel bilan, on se demande comment on a pu croire ne serait-ce qu’un instant que le numérique pouvait avoir un impact positif sur notre planète. Alors non, vous n’êtes pas un monstre parce que vous possédez un site internet, ou parce que vous avez passé votre dimanche après-midi devant Netflix. En revanche, c’est désormais à vous de mettre en place les moyens nécessaires à la réduction de votre empreinte écologique via le numérique.

Prendre conscience de son impact

On vous l’accorde : quelques chiffres qui soulignent les méfaits d’internet sur notre planète, c’est bien beau, mais il n’y a là de quoi convaincre toute une population. Si vous souhaitez rallier vos collègues de bureau à votre cause, ou si vous n’êtes simplement pas vous-même convaincu, il faut que vous en sachiez un peu plus sur le sujet.

La première étape est bien sûr de s’informer. Comme on sait qu’il n’est pas toujours facile de trouver de la documentation actuelle et fiable, on a décidé de vous la livrer sur un plateau. Les sites de The Shift Project, ou encore du célèbre Greenpeace, mettent en ligne régulièrement des rapports sur le sujet. De quoi rester à la page avec des données toujours d’actualité.

Une autre solution est de visualiser son propre impact sur l’écologie. Pour cela, The Shift Project propose l’extension de navigateur Carbonalyser. Cet outil vous révèle la consommation électrique ainsi que l’émission de GES liée à votre navigation sur le web. Croyez-nous : lorsque vous aurez vu les résultats, vous remettrez votre navigation sur le web en question.

Agir en conséquence 

Vient le moment d’agir ! Si vous imaginez que de changer votre façon de faire n’aura jamais d’impact considérable sur l’état général de la planète, vous vous fourrez le doigt dans l’œil. Ce n’est que par de petites actions individuelles que l’on pourra arriver à un résultat satisfaisant. Nous vous révélons donc quelques astuces pour améliorer votre empreinte écologique.

  • Triez vos mails

Qui peut affirmer qu’il n’a aucun mail inutile dans sa boite mail ? Évidemment, vous pensiez que les mails inutiles que vous gardez n’avaient aucune conséquence sur l’environnement. Pourtant, ces mails sont stockés dans des data centers (que l’on qualifiera d’immenses réfrigérateurs) qui chauffent toute la journée, et contribuent au réchauffement climatique. Alors faite un bon coup de nettoyage dans votre boite mail. Et si vous n’en n’avez pas la patience, utilisez des outils tels que Cleanfox et Listwise qui le font à votre place.

  • Utilisez un moteur de recherche écologique

Imaginez : plus vous faites de recherches sur internet, plus il y a d’arbres plantés sur notre planète. Ce n’est pas un rêve, mais le moteur de recherche Ecosia. On vous laisse aller le télécharger.

  • Parlez-en au bureau

Votre bureau est l’endroit idéal pour lancer une campagne de sensibilisation ! Plus sérieusement, vos collègues seront peut-être sensibles à cette cause, et l’impact n’en sera que décuplé.et qui sait, vous vous découvrirez peut-être une âme de leader en vous faisant élire responsable RSE (responsabilité sociétale des entreprises).

e-max.it: your social media marketing partner