Comment réduire son empreinte écologique sur le web ?

Numérique-écologie

Depuis plus d’une dizaine d’années, le numérique a pris une place de plus en plus importante au sein de nos entreprises. Bien plus rapide, bien plus efficace, et sûrement bien plus écologique : désormais, tout se passe sur ordinateur, tablette, smartphone, et on adore ! Plus besoin d’user et d’abuser du papier.

Cependant, certaines études récentes nous montrent qu’aujourd’hui le numérique représente 13,5% de la consommation d’électricité en France (chiffre de l’Agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie.). Il serait également responsable de 4% des émissions mondiales de gaz à effet de serre et Internet serait le 3e consommateur mondial d’énergie juste après la Chine et les Etats-Unis.   

 

Mais pas de panique ! Vous n’êtes pas responsable de tout le réchauffement climatique, de la montée des eaux et de la disparition de la banquise seulement parce que vous possédez un site internet, ou parce que vous avez passé votre dimanche devant Netflix. Et ce n’est pas tout : désormais, vous pouvez devenir acteur d’un avenir meilleur en mettant en place les moyens nécessaires à la réduction de votre empreinte écologique via le numérique.

 

Prendre conscience de son impact

Première étape : bien s’informer. Comme on sait qu’il n’est pas toujours facile de trouver de la documentation actuelle et fiable, on a décidé de vous la livrer sur un plateau. On chouchoute nos lecteurs, nous !  Les sites de The Shift Project, ou encore du célèbre Greenpeace, mettent en ligne régulièrement des rapports sur le sujet. De quoi rester à la page avec des données toujours d’actualité.

Une autre option possible est de visualiser son propre impact sur l’écologie. Pour cela, The Shift Project propose l’extension de navigateur Carbonalyser. Cet outil vous révèle la consommation électrique ainsi que l’émission de gaz à effet de serre liée à votre navigation sur le web.

Lorsque l’on sait qu’une recherche Google consomme autant de CO2 qu’une bouilloire électrique portant son eau à ébullition, ça fait réfléchir.

 

Agir en conséquence 

Pas de panique, il y a toujours des solutions, et à votre échelle, vous pouvez agir. Voici, quelques astuces pour améliorer votre empreinte écologique tout en continuant d’exercer votre profession, en paix avec la planète !

 

  • Triez vos mails

Qui peut affirmer n’avoir aucun mail inutile dans sa boite de réception ?

Très peu le savent, mais les mails inutiles, gardés sans intérêt, polluent ! Ils sont stockés dans des data centers (que l’on peut comparer à d’immenses réfrigérateurs) qui chauffent toute la journée (et toute la nuit !), ce qui contribue alors au réchauffement climatique. Plus qu’à faire un bon nettoyage ! Et pour vous aider, les outils tels que Cleanfox et Listwise peuvent le faire à votre place. Plus d’excuse !

 

  • Utilisez un moteur de recherche écologique

Imaginez : plus vous faites de recherches sur internet, plus il y a d’arbres plantés sur notre planète. Ce n’est pas un rêve, mais le moteur de recherche Ecosia.

Il ne vous reste plus qu’à le télécharger !

 

  • Allongez la durée de vie de vos équipements informatiques

La société de consommation nous incite à acheter du neuf avant même d’en avoir réellement besoin. Attendez vraiment d’être sûr que votre matériel n’est pas réparable avant d’en acheter de nouveaux. Pensez également à privilégier le reconditionné. Plusieurs sites tels que RefurbPlanet propose un matériel de qualité pour une empreinte écologique amoindrie.  

Et surtout, avant de jeter, n’oubliez pas de recycler !

Mais je vous vois déjà venir avec vos arguments d’obsolescence programmée. A ce propos, il existe une association qui lutte contre ce problème. Il s’agit d’Halte à l’Obsolescence Programmée (HOP), qui propose des solutions face à ce problème trop présent.

 

  • Parlez-en au bureau

Votre bureau est l’endroit idéal pour lancer une campagne de sensibilisation ! Plus sérieusement, vos collègues seront peut-être touchés par cette cause, et l’impact n’en sera que décuplé. Et puis, qui sait, peut-être vous vous découvrirez une âme de leader en vous faisant élire responsable RSE (responsabilité sociétale des entreprises).

 

Désormais, vous avez toutes les clefs en main et transformer le mythe d’un numérique écologique en réalité ne dépend plus que de vous.

Et pour tous ceux qui préfèreraient le papier au numérique, ne vous inquiétez pas non plus. En réalité, la planète ne vous en voudra pas d’imprimer quelques cartes de visite. Le vrai secret, c’est de n’abuser de rien.